L’AFANB demande le retour aux négociations

Pour publication immédiate
Le mardi 3 novembre 2021
 
Dieppe – L’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick (AFANB) exhorte les parties à retourner à la table de négociations afin d'en arriver le plus rapidement possible à une entente viable pour tous et toutes.
 
Les services de santé sont déjà mal en point à cause d’un manque criant d’employés dans tous les domaines. Le système de santé est déjà taxé par la pandémie, le manque de main-d’œuvre et voilà que la grève du SCFP vient ajouter une autre couche de difficulté. On a déjà annoncé l’annulation de certains services et chirurgie.
 
Ce n’est certainement pas en refusant d’offrir aux employés du SCFP une augmentation de salaire, au moins équivalente au taux d’inflation, qu’on va retenir les préposés qui offrent des soins aux aînés. Ce n’est certainement pas non plus une façon d’en attirer de nouveaux. « En bout de ligne, la situation ne va qu’empirer et ce sont les aînés les plus vulnérables qui vont en payer le prix. C’est une situation catastrophique qui nous attend! » déclare Marcel Larocque, président de l’AFANB.
 
« Il est temps que l’on valorise les travailleurs et les travailleuses dont nous avons tant besoin, pas juste en paroles mais par des actions concrètes » souligne Marcel Larocque. « Au lieu d’utiliser l’argent que le fédéral lui avait transféré pour récompenser, entre autres ceux qui s’occupaient des aînés durant la pandémie, qui nettoyaient leur chambre, les aidaient à se laver, à s’habiller, à manger, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a préféré mettre cet argent en banque. Des surplus faramineux seront bientôt annoncés alors que les demandes des milliers de travailleurs en grève sont très raisonnables. »
 
– 30 –

 
Pour information : AFANB
Téléphone : (506) 386-0090